Accueil de demandeurs d'asile

Minorités irakiennes

Le 6 août 2014, la ville de Karakosh en Irak est tombée aux mains des troupes de DAESH, et les minorités chrétiennes irakiennes ont dû fuir dans la précipitation pour échapper aux persécutions et aux atrocités subies et infligées par les envahisseurs. Nombreux ont été ceux qui ont dû prendre le chemin de l'exode, laissant tout derrière eux, leurs biens, leur passé, certains de leurs proches tombés sous les tirs de mortiers. Ils ont cherché à trouver refuge là où ils le pouvaient, à Daok, à Erbil, à Beyrouth. Après une année d'errance dans des conditions souvent très difficiles, ils ont dû se rendre à l'évidence, ils ne retourneront pas chez eux. Leur seul espoir, partir, trouver un pays, une terre d'accueil où ils pourront vivre en paix, tenter de reconstruire un avenir.

C'est dans ce cadre que le collectif "Grenoble- minorités d'Irak" a reçu de septembre 2014 à novembre 2017, dans la région grenobloise, une vingtaine de familles irakiennes soit plus de 80 demandeurs d'asile qui ont été reçus par autant de familles d'accueil entre St-Ismier et St-Martin le Vinoux, St-Pierre de Chartreuse et Charavigne. A l'exception des dernières familles arrivées en juillet-août 2017, toutes ces familles, ont obtenu leur statut de réfugié placé sous "protection de la convention de Genève par décision de l'OFPRA, et leur carte de résident de 10 ans délivrée par la préfecture.

La plupart sont maintenant autonomes avec des emplois en CDI et un logement indépendant (cf. article du Dauphiné libéré paru ce 5 décembre 2017).

Dans notre secteur du Grésivaudan, un soutien marqué a été donné par la paroisse St-Martin du Manival par le biais d'un groupe constitué au sein de l'association Solidarité-St-Martin avec plus de 150 personnes qui d'une manière ou d'une autre ont apporté leur contribution.

Plusieurs dignitaires religieux sont venus d'Irak (Monseigneur Kasmoussa, Monseigneur Petrus Moshe en 2016) ou des Etats Unis (Monseigneur Youssif Habash à l'automne 2017), tous avec le même message "n'oubliez pas votre passé, mais la vie est devant vous dans votre Terre d'accueil - mettez toute votre énergie à vous intégrer au mieux dans la société qui vous reçoit et apportez y le meilleurs de vous même"

Pour plus de détails se reporter à la rubrique "minorités irakiennes"

Demandeurs d'asile africains


Noël 2016 avec nos hôtes irakiens venus de la communauté chrétienne de Karakosh, et Mohamed demandeur d'asile venu de Guinée (photo prise par son frère Banfa).

La question des demandeurs d'asile venant d'Afrique notamment de pays comme la Guinée, la Côte d'Ivoire, le Mali, le Nigeria, l'Angola est très différente de celle des demandeurs d'asile venant des zones de guerre comme l'Irak ou la Syrie. Les motivations de cette immigration sont moins évidentes et se partagent entre motivations économiques, la fuite d'une pauvreté excessive, et pour un certain nombre la fuite devant des situations personnelles, familiales, ethniques ou politiques complexes, devenues dangereuses et parfois insupportables pour l'individu tout cela dans un climat de démographie galopante telle que montré sur le site de l'INED (www.  - 1,24 milliards d'habitants aujourd'hui en Afrique - 2 milliards en 2040 - 4,4 milliards en 2100; 12,9 millions actuellement en Guinée, 22,7 millions en 2040...) La question de l'immigration africaine ne fait donc que commencer  d'autant qu'une part importante des demandeurs n'obtiennent jamais le statut de réfugié !!

Que faire ?

Lire la suite dans la rubrique Demandeurs d'asile africains